paul

Paul Lieven

Titulaire du DSCG 2015 – 2ème année du diplôme d’expertise-comptable (DEC)
Issu d’un bac scientifique, suivi de deux « premières » années en médecine (échouées), je me trouve alors dans l’obligation de me réorienter au sein d’un nouveau cursus universitaire.
Ma famille, mais aussi ma façon de voir les choses au niveau professionnel m’ont orienté vers la profession d’expert – Comptable.
Pourquoi ? Notamment, pour la multitude de façons d’exercer ce métier : seul en tant que salarié indépendant,  associé,…mais aussi la diversité du métier : on touche à tout ; enfin, une dimension essentielle pour moi  : le contact humain qui m’avait poussé également vers la médecine.

J’ai choisi de me lancer dans le cursus classique DCG – DSCG – DEC qui me semblait évident pour devenir expert – comptable.

Les débuts n’ont pas été évidents car je suis retourné dans un système type « classe préparatoire » totalement différent du système universitaire classique qui au prime abord peut offrir plus d’autonomie.

Pour moi, il est impératif et inévitable de passer le DCG et le DSCG avec cette formule car c’est la voie qui prépare le mieux  au dégré d’exigence que représente les examens.

La réussite au DCG et DSCG est absolument conditionnée par un travail continu et régulier. Cette exigence à Giraux Sannier, on l’intègre très rapidement avec une équipe enseignante très impliquée pour nootre réussite et qui s’assure au travers des synthèses et exercices que les cours sont correctement assimilés.

Selon moi, le plus difficile dans ce parcours reste le DSCG : examens complexes, l’alternance nous oblige à concilier vie professionnelle et vie étudiante, plus la vie privée à gérer. C’est l’ensemble de ces éléments qui rende ce diplôme compliqué à obtenir mais qui fait aussi sa force et sa valeur sur le marché du travail !

(Sachez que pour ceux qui se lancent dans ce secteur professionnel, les débouchés sont nombreux à la sortie des études et la demande des employeurs est forte).

De plus la spécificité de Giraux est de conserver un lien fort entre les professionnels du chiffre et les étudiants permettant ainsi d’avoir un retour d’expérience fort sur les différents métiers au travers de diverses rencontres organisées.

Enfin, au bout de quelques années, je peux dire que que le lien tissé avec l’équipe professorale est devenu plus qu’une simple relation étudiant / enseignants. Ce lien s’est construit par la disponibilité et la proximité dont les  enseignants font preuve tout au long du cursus… et au delà : par exemple : lire et répondre à des questions sur un mémoire en plein mois d’août  !

Image4